FRANÇAIS

Глинка.jpg

Mikhail Ivanovich GLINKA

(1804—1857)

Ouverture de Ruslan et Lyudmilla - М.Glinka
00:00 / 00:00
Kamarinskaya - М.Glinka
00:00 / 00:00
Je me souvient d'une merveille - М.Glinka
00:00 / 00:00
Valse - La vie pour le roi - М.Glinka
00:00 / 00:00
Nocturne - М.Glinka
00:00 / 00:00
Alouette - М.Glinka
00:00 / 00:00

   Mikhail Ivanovich Glinka est né le 1er juin 1804 dans le village de Novospassky, dans la province de Smolensk, dans la famille d'un propriétaire terrien. En 1818, il entra dans la maison d'hôtes Noble de l'Institut pédagogique de Saint-Pétersbourg, dont il fut diplômé en 1822. Dans l'auberge, Glinka commença à composer de la musique et devint populaire en tant qu'auteur de romans magnifiques. Au total, il a écrit 80 œuvres pour voix et piano, parmi lesquelles des chefs-d'œuvre de paroles vocales: l'élégie «Ne tentez pas», «Le doute», la série «Adieu à Petersburg» et d'autres.
   Après avoir terminé l'internat, Glinka entra dans la Direction principale des chemins de fer mais quitta bientôt le service pour se consacrer entièrement à la musique.
   Dans les années 1830-1834 il a effectué un long voyage en Italie, en Autriche et en Allemagne, se familiarisant avec les traditions musicales européennes et améliorant ses compétences en composition. À son retour, il a commencé à réaliser son rêve chéri: écrire un opéra russe. Le complot a été suscité par V. A. Zhukovsky – un exploit d'Ivan Susanin. Déjà en 1836, l'opéra «La vie pour le tsar» se déroulait à Saint-Pétersbourg.
   Après le succès, Glinka se mit au travail sur le deuxième opéra, cette fois sur l'histoire de Pouchkine. Les travaux ont duré environ six ans, quoique par intermittence. En 1842, eut lieu la création de «Ruslan et Ludmila», qui devint le premier opéra fabuleusement épique de l'histoire de la musique russe.
   Le travail de Glinka a été hautement apprécié par les musiciens – ses contemporains. Ainsi, F. Liszt a arrangé le piano «La Marche de la mer Noire» de «Ruslan et Lyudmila» et l'a très souvent joué dans ses concerts.
   Dans les années 1844-1847 Glinka a voyagé en France et en Espagne. Les images de l'Espagne se reflètent dans les ouvertures d'Aragonese Hota (1845) et de "Nuit à Madrid" (1851). Le compositeur dans la musique symphonique et l'image de son pays natal incarnent non moins coloré. À Varsovie, il a écrit la fantaisie orchestrale «Kamarinskaya» (1848) sur le thème de deux chansons folkloriques russes. P. I. Tchaïkovski a déclaré à propos de cette composition que «comme un chêne dans le gland, toute la musique symphonique russe est enfermée».
   En 1856, Mikhail Ivanovich se rend à Berlin pour étudier la polyphonie des anciens maîtres afin de faire revivre dans son travail les vieux airs d'église célèbres de Russie. Le plan n’a pas été possible: le 15 février 1857, Glinka est décédé.